SurrexitSurrexit Dominus vere, alleluia !

« – Le Christ est ressuscité ! – Il est vraiment ressuscité ! »

Comment résonnera-t-elle, cette réplique au cœur des slaves qui dès le jour de Pâques ne se salueront pas avec notre banal « – Bonjour ! –Bonjour ! », mais avec cette étonnante profession de foi ?

Peut-être avec plus de ferveur encore, quand la mort n’est plus une simple hypothèse lointaine mais quand elle est là avec toute son horreur.

Nous qui faisons un pas de côté dès que le voisin se met à tousser, nous qui ne nous serrons presque plus les mains pour préserver une santé que nous voudrions inaltérable, nous qui ne veillons plus les morts mais veillons bien à les faire disparaître le plus hygiéniquement possible, nous devons intégrer dans notre logiciel que la mort, que la violence aussi, que le Mal est là, tapi à notre porte et qu’à vues humaines il aura toujours le dernier mot. C’est notre horizon, c’est l’horizon que l’homme s’est choisi pour garder l’illusion d’être libre, libre d’aimer ou de haïr, libre de donner la vie ou de tuer, libre de se reconnaître fils de Dieu ou de le renier.

Qu’on le veuille ou non, malgré tous nos efforts, l’homme est mortel, les civilisations le sont aussi : nous l’avons appris désormais, écrivait Paul Valéry entre les deux guerres mondiales. Nos grands idéaux et nos prétendues valeurs, également…

Lire la suite...

Sainte Rita

Dimanche prochain, 22 mai, sainte Rita s'effacera devant la célébration du sixième dimanche de Pâques. Mais c'est une très vieille tradition de bénir au jour de sa fête dessainte Rita roses en souvenir de celle qu'on appelle la « sainte des roses » ou la sainte « des causes désespérées ». A l'issue de la messe, seront donc bénites les roses que les fidèles voudront apporter, qui selon la tradition pourront être remises ensuite aux parents ou amis malades ou simplement conservées en souvenir. Cet usage s'enracine dans un évènement qui a marqué les derniers jours de sainte Rita : le dernier hiver de sa vie, en 1457, il neige abondamment. Une cousine de sa ville natale, vient visiter Rita dans son monastère des sœurs augustiniennes de la province de Pérouse en Italie. Avant de repartir, la parente lui demande si elle peut faire quelque chose pour elle. Rita lui répond : « Je voudrais une rose de mon petit jardin ». La cousine pense que Rita délire, « une rose en plein hiver ! ». Il faut dire que Rita vivait complètement recluse. Depuis plus de 15 ans, elle ne se nourrissait que de l’eucharistie, en continuant jour et nuit à prier pour la réconciliation de tous et chacun. Rentrée au village, la cousine a déjà oublié cette demande quand, passant par hasard près de l’ancien jardin de Rita, elle voit une superbe rose rouge, très parfumée, qui s’épanouit sur l’un des rosiers ! Elle la cueille avec émotion et retourne à Cascia la porter à Rita. Une bouture de ce rosier a été plantée dans le jardin du monastère et, depuis cinq siècles, il fleurit toujours.

 

 

Tu es, Seigneur, notre résurrection, alléluia !

travauxMême si le sujet n'est pas tout à fait de saison, encore que la fête de Pâques éclaire notre mort d'une lumière tout à fait particulière, la paroisse prend soin de ses tombes. Les vivants ont la priorité bien sûr, mais le devoir de mémoire et de respect que nous devons à ceux qui nous ont précédés nous oblige à leur offrir régulièrement nos prières, parfois la célébration d'une messe, et passe aussi par l'attention portée aux sépultures. D'autres cultures ont ainsi développé le "culte des morts" jusqu'à transformer le regard que les vivants peuvent avoir sur leur propre vie et sur leur destinée. Notre société occidentale a développé, en sens inverse, le culte de l'éternelle jeunesse en évacuant au maximum ce qui n'entre pas dans le cadre de ce paradis artificiel, quitte à tourner le dos à la réalité. Au centre du cimetière, les Pères assomptionnistes viennent de rétrocéder à la paroisse le caveau des anciens curés après avoir fait retirer, depuis longtemps déjà les corps des religieux regroupés dans un nouveau caveau. Quelques paroissiens participent à la rénovation de ce monument dominé par la grande croix qui rappelle d'où vient notre espérance et qui se dresse comme un signe de victoire au milieu du cimetière dont l'étymologie rappelle qu'il n'est qu'un "dortoir" d'où se réveilleront pour la vie ceux qui ont mis leur foi dans le Fils de Dieu. Un prochain chantier permettra de restituer les noms des prêtres et curés ensevelis ici, dont le dernier est l’inoubliable Père Jean de Matha.

 

 

Confirmations

Le dimanche 1er mai, en la collégiale Saint-Pancrace d'Aups, notre évêque, MonseigneurConfirmation aups Dominique Rey a conféré le sacrement de confirmation aux enfants du doyenné parmi lesquels figuraient quatre jeunes de notre paroisse : Clément Giraud, Clément-Aymeric Kotimbi, Jules Michel et Vincent Quinones. Que la puissance de l'Esprit-Saint qu'ils ont reçu en plénitude leur permette de vivre dans une totale fidélité au Christ.

 

 

Feuille de chants pour le dimanche 22 mai 2022

Pour la messe de ce dimanche 22 mai 2022, merci d'imprimer vous-même votre propre feuille de chant. Vous pouvez aussi simplement la regarder en cliquant sur le lien suivant :

 
 

Dans nos prières

Avis de deces rNous portons dans nos prières

Monsieur Jean-Claude Bertrand,

décédé le 9 mai 2022,

dont les funérailles auront lieu

le mardi 17 mai à 15h

et Madame Josette Lepreux,

décédée le 16 mai 2022,

dont les funérailles auront lieu

le vendredi 20 mai à 10h30,

toutes deux en la collégiale de Lorgues.

 

Eléments de réflexion sur l’aspect religieux du conflit en Ukraine

Si les raisons du conflit entre Russie et Ukraine sont multiples et nous échappent en partie, Vladimirl’élément religieux souvent peu abordé par les médias pèse d’une façon significative sur le différend entre les deux états.

L’ecclésiologie orthodoxe

La première notion à avoir en tête pour l’analyser est celle du rapport tout particulier entre pouvoir civil et autorité religieuse dans le monde orthodoxe. L’Orient et l’Occident qui s’identifieront progressivement comme l’ensemble des églises « orthodoxes » et l’Eglise « catholique », ont développé au long des siècles deux visions radicalement différentes de ce vis-à-vis. En Orient, le patriarche byzantin s’est assuré une prééminence face au siège de Rome en vertu de sa proximité avec le centre du pouvoir de l’empire romain fixé à partir du IVème siècle à Constantinople. Cette promiscuité sur laquelle reposent ses prétentions s’est mue très rapidement en servilité à l’égard du politique. De là s’est développée une ecclésiologie particulière.

Lire la suite...

Mariages

mariageLa publication des bans de mariage est non seulement l'occasion de transmettre une information, éventuellement d'émettre des objections, mais surtout une invitation à prier pour ces couples qui se forment afin qu'il persévèrent dans la fidélité et puissent construire une famille chrétienne. Pour les mois à venir, il y a promesse de mariage pour nos paroisses entre :

Lire la suite...

Baptêmes à venir

cinquante-cinq baptêmes seront célébrés sur nos paroisses dans les mois à venir. Nous nous réjouissons d'accueillir ces enfants et leurs familles, et les poSybillertons déjà dans notre prière, en voici la liste à ce jour :

samedi 13 mars à la collégiale :

Baptême de Léa Otto-Bruc 

samedi 26 mars à St-Ferréol :

Baptême d’Enny Deniau.

 

 

Lire la suite...

Aide aux Ukrainiens

KievLe Secours Catholique vient en aide directement à travers le réseau Caritas d'Ukraine, de Pologne et des états voisins à la population restée sur les zones de conflit et celle qui a du s'exiler dans le plus grand dénuement. Vous pouvez envoyer vos dons en ligne en tapant Secours catholique Urgence Ukraine, ou en écrivant à Secours Catholique, 106 rue du Bac 75007 Paris, en précisant la destination de votre don (susceptible de réduction d'impôts). Des chrétiens de Lorgues se sont déjà signalés pour accueillir chez eux des réfugiés ukrainiens. Chacun est invité à répondre avec générosité et en conscience au drame que vivent des populations innocentes.

 

Une Eglise en synode...

synodeLe Synode, un pèlerinage ensemble

Communion, Participation, Mission : forte de cette devise, la démarche synodale ouverte en octobre 2021 a été voulue par le pape François comme une invitation faite à tous les catholiques. Le synode est, littéralement, un « chemin ensemble », et comme notre but est la rencontre du Seigneur Jésus, qui est le Chemin, la Vérité et la Vie, ce chemin vers lui devient un pèlerinage.

Pourquoi un synode ? Le synode est une démarche providentielle pour notre temps, et un moyen que le Seigneur donne pour réfléchir sur tous les défis qui se présentent pour l’Église. L’enjeu est de se mettre à l’écoute les uns des autres, et ensemble à l’écoute de l’Esprit Saint.

Pour favoriser cette démarche, la paroisse propose ci-dessous un outil pour ceux qui veulent y participer. Certains paroissiens ont déjà pris l'initiative personnellement ou en petit groupe de réfléchir et de faire des propositions, ce qui est tout à fait dans l'esprit de ce processus qui vise à reconnaître le travail de l'Esprit-Saint dans l'âme de tout fidèle baptisé.

Fiche d'aide en cliquant ici

 

messe dominicale à 9h à St-Antonin-du-Var

st Antonin

La messe dominicale est célébrée un dimanche sur deux à 9h à Saint-Antonin-du-Var

Voici les prochaines messes programmées :

Dimanche 24 avril

Dimanche 7 mai

Dimanche 21 mai

Dimanche 4 juin

Dimanche 18 juin

Dimanche 2 juillet

Dimanche 16 juillet

 

Une nouvelle traduction du missel

Le premier dimanche de l’Avent, 28 novembre prochain, une nouvellemissel traduction francophone du missel romain a été mise en œuvre dans toutes les églises qui, sur les cinq continents, pratiquent cette langue. Les lectures bibliques avaient déjà été « toilettées » et adoptées dans leur nouvelle forme en 2014, la prière du Notre Père, à son tour, en 2017. La mise à jour qui nous attend bouscule peut-être davantage nos habitudes. Il serait catastrophique qu’elle nous rende encore plus étranger à notre liturgie ; je crois au contraire qu’elle peut être l’occasion d’une formidable redécouverte de ce qu’est la célébration eucharistique et conduire à une réappropriation de ses mots, de ses gestes, pour une participation plus active de chacun de ses membres, pour une plus grande unité aussi. Si la désaffection progressive de beaucoup de nos frères vis-à-vis de la messe est le fruit de multiples facteurs, on ne peut exclure parmi eux l’ignorance ou l’incompréhension des éléments qui la composent, la perte du sens, la diversité des pratiques, et en fin de compte, une participation moins active.

Pour cela, nous proposons chaque semaine tantôt une réflexion de fond tantôt une exposition très pratique des différentes étapes de la messe et bien sûr, la présentation des nouvelles formules qui seront à employer désormais.

 

Scandales dans l'Eglise

C’est un sujet qu’on ne peut éviter aujourd’hui, depuis les affaires canadiennes jusqu’à la démission retentissante du cardinal Marx, archevêque de Munich et collaborateur du pape, et plus récemment le rapport Sauvé... Il vous saute à la figure comme les violentes insultes régulièrement essuyées par votre curé, jusque dans les rues de Lorgues… On aimerait s’en passer, on préfèrerait se taire parce que tout cela est très inconfortable ; on peut aussi avoir honte, et les choses dont on a honte, on les passe sous silelépreuxnce. C’est un des aspects du problème : après l’offense aux victimes, vient la question de la dissimulation. Elle n’est pas forcément de l’ordre de la complicité ou de l’indifférence.

Même pour le simple fidèle, la honte est inévitable : baptisé dans la mort et la résurrection du Christ qui est notre honneur et notre fierté, nous sommes aussi devenus ce jour-là membres d’une communauté, solidaires d’hommes et de femmes de tous pays et de tous les temps. Par là, tout ce qui fait honneur au corps de l’Église nous tire vers le haut, tout ce qui le souille, nous salit et nous blesse.

Lire la suite...

Appel à votre générosité

Le Denier de l’Eglise, pour le fonctionnement du diocèse

Ce don volontaire que fait – normalement – tout baptisé chaque année sert au fonctionnement du diocèse qui doit gérer sur tout le département un certain nombre d’édifices (églises n’appartenant pas aux communes, presbytères, salles de catéchisme, séminaire, etc), rémunérer plusieurs centaines de permanents laïcs, diacres en vue du sacerdoce et prêtres, assurer la formation des futurs pasteurs de nos communautés paroissiales. Du montant récolté se déduit le « salaire » octroyé mensuellement à vos prêtres, à savoir 450 euros…

Chacun de vous a à cœur de venir en aide à des œuvres diverses ; l’Eglise et le maintien de son service dépend uniquement de ce que vous accepterez de faire pour elle : nulle aide de l’Etat ni du Vatican ne lui parvient, il convient que chacun s’interroge sur sa responsabilité à cet égard.

L’évêque tient à vous remercier, vous qui déjà par un don ponctuel ou un prélèvement régulier assumez cette obligation morale :

« Chers paroissiens,

En ces temps difficiles, je voudrais vous remercier tout particulièrement pour votre soutien spirituel et financier pour vos prêtres et votre Eglise.

Le Denier est une ressource essentielle qui permet à notre diocèse d'assurer la rémunération des prêtres et des salariés chaque mois. Au 30 septembre, la collecte du Denier de l’Eglise est en baisse de 21% dans votre paroisse par rapport à l'année

dernière. Nous sommes invités à tous nous mobiliser. Nous sommes tous concernés, certains peut être plus modestement s'ils sont dans la difficulté, d'autres plus généreusement s'ils le peuvent. Vous recevrez en sortant de l’église les enveloppes du Denier de l’Eglise. Merci beaucoup à tous ceux qui ont déjà donné cette année. Un grand merci à tous pour votre soutien et votre générosité ! »

Aider aussi la paroisse de Lorgues

La pandémie en cours cette année a frappé durement une quantité de professionnels, commerçants, entrepreneurs, particuliers. La paroisse n’échappe pas à ces difficultés : la plupart des baptêmes et mariages prévus en 2020 ont été annulés, nous n’avons pas pu célébrer les fêtes de Pâques, ni même la Saint-Ferréol comme nous l’aurions voulu et beaucoup, par crainte de la contagion, n’ont pas encore repris le chemin de l’église. Ainsi la paroisse accuse un déficit de près de 14 000 euros par rapport à l’année précédente, pour des charges quasi identiques. Beaucoup d’entre vous ont déjà fait un don substantiel au sortir du confinement pour nous venir en aide mais cela ne permet pas d’équilibrer le budget. En conséquence nous sollicitons chacun d’entre vous pour évaluer l’offrande faite à chaque messe dominicale lors de la quête faite désormais à la sortie de l’église. Un don plus important peut aussi être fait manuellement à l’ordre de la « paroisse de Lorgues », qui donne droit à un reçu fiscal pour déduction des impôts : il faut pour cela laisser ses coordonnées postales et spécifier par écrit votre désir de recevoir ce reçu.

Je tiens à remercier vivement tous ceux qui nous ont déjà apporté leur aide et tous ceux qui les rejoindront.

 

Urgence

Benoit XVIbis

« Comme [saint Augustin] nous pouvons affirmer : « Silere non possum ! Je ne peux pas me taire ! » Il est urgent, nécessaire, que tous évêques, prêtres et laïcs, retrouvent un regard de foi sur l’Eglise. »

 

Benoît XVI

(dans un livre issu d’entretiens avec le cardinal Sarah, paru le 15 janvier 2020 : Des profondeurs de nos cœurs)

 

Mardi  17 Mai

Pour recevoir chaque matin quelques lignes présentant les principaux saints fêtés le jour même il suffit de s'inscrire avec son adresse de messagerie.

Désinscription à tout moment

Offices dominicaux
Dimanche  à  10h30 à la collégiale de Lorgues
Dimanche  à  9h à Saint-Antonin-du-Var (un dimanche sur deux)
Samedi à 18h au Thoronet
 

Horaires de catéchisme

module catchisme R

Cliquer sur l'image ci-dessus pour l'agrandir

Secours catholique r

Le Denier de l’Église

il faut y penser !